Où sommes-nous ?

Église Saint-Louis

Depuis la fondation canonique de la Congrégation de l’Oratoire à Hyères, l’église Saint-Louis, tout en restant église paroissiale, est devenue église rectorale : elle est confiée à la communauté qui est appelée à rester à vie dans ce lieu. C’est bien sûr de l’histoire récente, mais quelque part on renoue avec l’histoire ancienne puisqu’elle était autrefois église conventuelle des cordeliers.

Remontons dans le temps …

L’église Saint-Louis, qui jadis aurait été l’église des Templiers avant de devenir celle des Cordeliers, est devenue paroissiale en 1842 par décision de Mgr Michel.

Jusqu’alors, c’était l’église Saint-Paul qui portait ce titre. Ce sanctuaire qui parait au XII° siècle, fut reconstruit au XVI° siècle, et reçut à cette époque le titre d’église collégiale. Avant l’église Saint-Paul, Hyères avait eu une autre église plus ancienne, située au château, construite au XI° siècle.

Il est difficile de déterminer une date de construction à l’église Saint-Louis : certains en attribuent la fondation aux chevaliers du Temple, qui avaient une maison dans la ville, et la font remonter au XII° siècle ; d’autres prétendent que les Cordeliers la construisirent au XIII° siècle. Ce qui est certain c’est qu’elle était édifiée en 1248 quand le Cordelier Fra Salimbene visita le couvent, et il raconte cette visite en 1254 quand Saint-Louis y descendit.

Un auteur digne de foi écrit qu’on peut placer la date de construction de cette église entre l’année 1230, date du séjour à Hyères de Hugues de Digne, et 1248, date de la visite de Salimbene.

Cette église a été consacrée et porte les croix de consécration, mais on ignore la date de cette cérémonie.

Ce vaisseau long de 48 mètres et large de 17 mètres comprend trois nefs et six travées d’inégale grandeur.

Ces trois nefs sont voûtées de façon différente, alors que la nef centrale est couverte d’une voûte à croisée d’ogives à plate-bande, les deux nefs latérales, qui sont moins hautes, portent une voûte romane à berceau avec arcs doubleaux.

Le chœur occupe la plus grande travée, en avant du chevet contre lequel se range l’arrière chœur qu’entourent de belles boiseries.

La façade qui se présente en haut d’une place, est couronnée d’un large pignon. Elle s’ouvre de trois portails en plein cintre, surmontés chacun d’une archivolte et de voussures reçues par des colonnettes, leurs cintres sont faits de claveaux à deux teintes.

L’entrée se fait par un large escalier que l’on doit descendre. Enfin cette façade est ornée d’une grande rosace et d’une haute baie sur chacune des deux petites portes. En 1912, les Beaux Arts ont classé l’église Saint- Louis monument historique ainsi qu’un bas relief appartenant au tombeau de Guillaume de Fos, une toile du XVII° siècle représentant sainte Véronique. Des orgues ont été placées dans la tribune en 1848.

Les commentaires sont fermés.